Raphaël Cottin

 

Raphaël Cottin étudie dans les années 1990 au Conservatoire national supérieur de musique et de danse de Paris. En tant qu’interprète, il danse pour Stéphanie Aubin, Christine Gérard, Odile Duboc et Daniel Dobbels. Il a également interprété des pièces de Wilfride Piollet et Jean Guizerix, Andy de Groat et Merce Cunningham. Il rejoint en 2008 la compagnie de Thomas Lebrun au sein de laquelle il danse en France et dans le monde entier (Afrique, Amérique latine, Belgique, Canada, Chine, Espagne, Russie). Pédagogue diplômé d’État, il transmet la technique des Barres Flexibles de Wilfride Piollet, centrée sur l’entraînement et l’autonomie du travail du danseur. Chercheur et notateur du mouvement en cinétographie Laban, après des études avec Noëlle Simonet au CNSMDP, il est depuis 2013 membre expert du Conseil international de cinétographie Laban (ICKL), dont il coordonne depuis 2016 le comité de recherche. Également chorégraphe, il articule ses projets de création et de recherche au sein de sa compagnie La Poétique des Signes. Il participe aussi à plusieurs productions d’Opéra ou de comédies musicales, notamment aux côtés du metteur en scène Jean Lacornerie, pour le Théâtre de la Croix-Rousse ou l’Opéra national de Lyon. En 2015 et 2016, il crée Signatures, co-écrit avec Noëlle Simonet pour la compagnie Labkine ; Les 7 premiers jours et une nouvelle version de Buffet à vif. En 2016-2017, il participe à trois productions : interprète pour Avant toutes disparitions de Thomas Lebrun, chorégraphe pour L’Opéra de Quat’sous de Brecht/Weill, mis en scène par Jean Lacornerie, et assistant à la mise en scène pour Les Fêtes d’Hébé de Rameau, mis en scène et chorégraphié par Thomas Lebrun pour l’Académie de l’Opéra national de Paris. En 2017 et 2018, il interprète les deux dernières pièces de Thomas Lebrun : Another look at memory et Ils n’ont rien vu. Sa dernière création, C’est une légende, duo pour le jeune public, a été créée pour le 71e Festival d’Avignon en juillet 2017.